Last updated: 25 May, 2022

Les Fermes d'Auroville

Au temps des pionniers, l'agriculture était empirique et spontanée. Les Auroviliens intéressés commencèrent des fermes sur n'importe quels terrains disponibles, parfois peu prometteurs. Ils étaient entièrement responsables du développement de leur ferme et devaient en vivre, grâce à diverses techniques biologiques leur permettant de faire pousser leur alimentation dans un sol pauvre soumis à un climat difficile (la période de croissance principale, de décembre à mars, est courte, et l'été comme la période de mousson peuvent être dures et imprévisibles).

Aujourd'hui, Auroville a plus de deux douzaines de fermes, de toutes tailles et de caractéristiques diverses. Ceux qui font pousser la nourriture d'Auroville sont réunis par le Auroville Farm Group, et travaillent dans des vergers, des champs céréaliers, des jardins potagers et/ou des fermes laitières. Les fermiers étudient la relation entre le fermage traditionnel et l'agriculture moderne, et utilisent des technologies écologiques telles les moulins à vent (pour l'eau), l'énergie solaire, le micro-arrosage et les collecteurs de méthane. Chaque fermier peut travailler dans son propre domaine d'intérêt, en tenant compte de la qualité du sol, de la disponibilité de l'eau, et d'autres facteurs qui déterminent le potentiel de chaque endroit. Les fermes obéissent à un grande variété de philosophies  écologiques, comme le bio traditionnel, la permaculture, la biodynamie, le fermage naturel, etc. et elles font des recherches dans plusieurs domaines.

En plus des cultures vivrières, certaines des fermes transforment des aliments (fromage, confitures, marinades et autres confections à valeur ajoutée). Elles font aussi de l'éducation et offrent des places d'apprentissage. Elles sont également actives dans des projets liés à l'agriculture, comme les banques de semences et la fourniture de nourriture pour les animaux de ferme.

Plusieurs petites fermes et communautés forestières, qui ne sont pas listées individuellement dans cette section, offrent divers produits, surtout des fruits, à Auroville, et beaucoup de communautés de la Ceinture Verte ont des vaches qui leur procurent du lait qu'ils partagent avec leurs voisins. De plus, un nombre croissant de communautés auroviliennes ont commencé à faire des jardins potagers pour faire pousser une partie de leur propre nourriture.

Sur les 320 acres de terrains agricoles d'Auroville, environ deux tiers sont activement cultivés, et le reste est dédié au bois de construction ou laissé en friche. Environ la moitié des terres sont irriguées, et l'autre moitié comporte des cultures arrosées uniquement par la pluie.