Home

HomeOrganisation & Procédures > La Fondation d’Auroville > Le Conseil Consultatif International >
Les pionniers de la conscience French version

 

Impressions d’Auroville:
Les pionniers de la conscience

 

Dr. Marc Luyckx Ghisi est un théologien, chercheur en transformation culturelle globale et auteur du livre "Au-delà de la modernité, du patriarcat et du capitalisme. La société réenchantée ?". Il a été conseiller auprès des présidents Delors et Santer à la Commission Européenne http://vision2020.canalblog.com/

 

 

Impressions d’Auroville : Les pionniers de la conscience. 

 

Entre le 20 et le 28 février 2005, j’eus le plaisir d’être invité à Auroville en tant que Membre du "Conseil Consultatif International d’Auroville". Voici quelques impressions, pour tous ceux d’entre vous qui n’y ont jamais été.


Pouvez-vous imaginer une cité où la plupart des citoyens que vous rencontrez dans les rues, après un court moment de contact, peut vous parler de la nécessité de prendre de la distance vis à vis de son ego afin d'aller vers son soi le plus profond où une lueur du divin doit être découverte ?
Est-il possible d'imaginer une cité, qui est déjà depuis trente ans dans le processus d'être bâtie autour du dessein d'élever le niveau de conscience de l'Humanité ?
Vous diriez probablement que ce n'est que pure utopie. Et vous avez entièrement raison.
J'irais même plus loin en disant que c'est radicalement impossible. Et j'ajouterai une citation du philosophe français Pascal (17 e siècle) : « L'homme n'est ni un ange ni un animal. Cependant l'ironie est que, quand il tente de devenir un ange, il se conduit comme un animal. »
Parce que le réel projet d'élever le niveau de conscience de l'Humanité aspire fondamentalement à transformer la nature humaine, à élever la nature humaine à un autre niveau. Tous les gens de bon sens seront d'accord pour dire que ce projet est fou, totalement impossible...

Et pourtant cette cité existe, et je l'ai visitée. Et je suis toujours en état de choc.
Après de nombreuses difficultés, comme si le sort était contre cette visite, j'ai finalement réussi à arriver à Auroville le 20 février 2005. Auroville se construit à quelques kilomètres de la mer, au nord de Pondichéry, dans le sud-ouest de l'Inde. La cité a été fondée le 28 février 1968.
Pendant les années qui suivirent, les premiers pionniers réussirent à transformer la zone désertique en une forêt subtropicale grouillante d'oiseaux. Les routes d'accès ressemblent plus à des routes forestières qu'à des autoroutes d'entrée de ville. Il n'y a même pas un panneau de signalisation sur la route menant à l'entrée principale. On a plutôt l'impression de pénétrer un site de construction !

Et c'est un site de construction, mais quel site !
C'est un site de construction humain vraiment authentique, mais aussi un terrain de constructeurs spirituels ! En ce lieu, l'ombre est proportionnelle à l'intensité de la lumière et de l'énergie. En réalité, il existe des problèmes et des défauts dans cette cité et les Auroviliens ne se dérobent pas et en discutent ouvertement. La croissance de la ville est très lente. Elle compte trop peu de citoyens (1800). Il existe de nombreux désaccords concernant le future de la ville et pour savoir quelles sont les priorités. Certains résidents accusent leurs concitoyens d'être des profiteurs, ou de trahir les idéaux d'Auroville. D'autres considèrent que les villages tamouls locaux ne sont toujours pas suffisamment intégrés à la ville.

Mais néanmoins, malgré tous ces défauts, c'est un endroit unique de croissance spirituelle individuelle et collective. C'est la raison pour laquelle les ombres sont si visibles, à ce qu'elles sont proportionnelles à l'intensité de la lumière et de l'énergie irradiant de ce lieu. Le fait que ces failles et problèmes et défis sont si ouvertement discutés me rassura. J'avais eu peur de rencontrer une sorte de prétention angélique que tout va bien, et qu'il n'y a aucun problème, peut-être parce que tout le monde était déjà à un autre niveau de conscience ! Cet 'angélisme' aurait été l'indicateur d'une fausse spiritualité, et, potentiellement, d'un mouvement sectaire.
Ce qui se résume, me dit un des résidents, au fait que si vous n'êtes pas vraiment sérieux à propos dans cette recherche de croissance spirituelle, à la fois à un niveau personnel et collectif, vous ne tiendrez pas ici, vous ne resterez pas ici, vous partirez.

J'ai été profondément impressionné par la rencontre avec des résidents qui vivaient à Auroville depuis trente ou quarante ans. En les écoutant, on comprend le sens des expériences très sincères qu'ils ont vécus ainsi que leur détermination persistante à bâtir cette cité et à travailler sur eux-mêmes. Et on réalise que sans cela ils n'auraient, en effet, tout simplement pas trouvé l'endurance pour rester, et seraient partis d'une manière ou d'une autre.
A mon niveau de réflexion intellectuelle et spirituelle, en regard de l'actuel changement de paradigmes envers la transmodernité, j'ai eu la surprise de ma vie en découvrant cette toute première cité transmoderne. Oui, les Auroviliens sont en parfait accord avec tout ce que j'ai écrit dans mon livre [1].
Je peux maintenant dire : " La transmodernité existe ; je l'ai vue dans cette cité." Bien que c'était la première fois que je visitais Auroville, j'avais la nette sensation d'être chez moi. Et je pense que cette impression était partagée par les Auroviliens que j'ai eu la joie de rencontrer. Il y eut des deux côtés la forte impression de compréhension, d'être sur la même longueur d'onde. Etonnant, fascinant et très stimulant en vérité.

De retour en Europe, le contraste n'est pas tant le drastique changement de température (- 45° Celsius !). Non, le réel contraste est le niveau d'énergie, qui est beaucoup plus haut à Auroville. J'ai vu cette énergie scintiller dans les yeux de Paolo, un jeune garçon, dont les parents ont récemment décidé de rejoindre Auroville. Il était empli d'une joie intérieure. Il m'a dit qu'il était heureux d'être, pour la première fois, dans une école qui lui plaisait. Sa créativité explosait. Il m'a dit qu'il avait appris à avoir un réel contact avec des poneys, à se familiariser avec eux, à vivre en bonne entente avec eux. Ce garçon était touchant et beau.
Ici à Bruxelles, je ressens fortement cette différence de niveau énergétique.
Les résidents d'Auroville ne ressentent pas leur niveau d'énergie. Mais le visiteur étranger le ressent. Cette ville entière, malgré toutes ses ombres, est à un niveau énergétique plus haut. C'est une extraordinaire réalisation.

Ce projet très audacieux, ce projet 'surhumain', ne pouvait qu'être lancé par deux êtres d'un pouvoir spirituel exceptionnel : Mme Mirra Alfassa, appelée "Mère" (1878-1973) et Aurobindo Ghose, appelé "Sri Aurobindo" (1872-1950). Ils consacrèrent une importante part de leurs vies et certainement de leur extraordinaire énergie spirituelle, non pas à s'élever seuls sur les hauteurs d'une contemplation infinie, mais à transformer et à élever le niveau de la conscience humaine. Et Auroville est possible précisément grâce à l'énergétique découverte que ces deux êtres achevèrent, individuellement et ensemble. Auroville est telle l'incarnation, la matérialisation de cette victoire spirituelle qu'ils gagnèrent pour le bien de l'Humanité.

A un niveau personnel, l'une de mes expériences les plus fortes a été de visiter le 'Matrimandir', cet espace sacré au centre de la cité, qui a la forme d'une fleur dorée. A partir du moment où j'entrai en ce lieu unique, je ressentis une énergie vraiment exceptionnelle qui ne correspondait à aucun autre endroit religieux ou autre que j'avais visités dans ma vie. J'eus l'impression d'être inondé et connecté à une énergie cosmique extrêmement puissante. J'eus la sensation intérieure d'être visité, connecté, lavé, excité. Je fus, brièvement, transformé par quelque chose très au-delà de ma compréhension. J'ai perdu le contrôle de ma vie, un peu.

Je retournerai deux fois par an, probablement en février et en août.

Marc Luyckx Ghisi
Mars 2005

 

 

Lisez aussi :

La société de la connaissance

Un livre téléchargeable :
Au-delà de la modernité, du patriarcat et du capitalisme


HomeOrganisation & Procédures > La Fondation d'Auroville > Le Conseil Consultatif International >
Les pionniers de la conscience

  Auroville Universal Township webmaster@auroville.org.in To the top